4 situations urgentes pour les étudiants à résoudre par le nouveau gouvernement

A l’annonce du nouveau gouvernement, PDE met l’accent sur les 4 situations graves et prioritaires à traiter pour les étudiants : la précarité étudiante, l’orientation des jeunes, le manque de places dans les les études supérieures et moyens et les dérives de la démocratie étudiante.

PDE, organisation représentative étudiante, interpelle le nouveau gouvernement sur 4 sujets urgents pour les étudiants auxquels nous nous retrouvons collectivement confrontés. PDE propose ses solutions et ira à la rencontre du nouveau gouvernement pour avancer ces sujets.

Des centaines de milliers d’étudiants en situation précaire. L’accès aux études supérieures est un coût pour les étudiants et/ou leurs familles et le système actuel d’aides est insuffisant. En particulier, plus de 100 000 étudiants travaillent plus d’un mi-temps à côté de leurs études (hors apprentis et stagiaires) et perdent 43% de chances de réussite par rapport aux autres (INSEE 2009). PDE propose la mise en place du complément d’activité étudiant pour résorber les situations de salariat subi excessif, non sens à la fois académique, économique et social.

De nombreux jeunes mal ou non orientés. Aujourd’hui, de nombreux lycéens se retrouvent confrontés à un choix hâtif devant la plateforme Admission Post-Bac faute d’accompagnement et de temps de construction de leur projet personnel. D’autre part, le système d’éducation et d’enseignement supérieur mis en place mène aujourd’hui à des effets hiérarchisants pervers (hiérarchie de niveau  BAC S, ES, L, techno, pro …). PDE propose une large palette de solutions dans son livre blanc et lutte activement contre la mise en place du tirage au sort, symptôme de la gravité de la situation sur l’accueil, l’accompagnement et l’orientation des jeunes aujourd’hui

Un manque de places et de moyens pour les études supérieures. Le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche a connu une unique et légère augmentation en marge et largement insuffisante en 2016, là où son gel depuis une dizaine d’années est confronté à une hausse démographique de dizaines de milliers d’étudiants chaque année. En découlent des situations ubuesques, allant des étudiants assis sur les escaliers des amphithéâtres à la sélection par tirage au sort à l’entrée de l’université. PDE propose dans son livre blanc plusieurs solutions et souhaite que l’État sorte de ses réactions au jour le jour pour penser le financement de l’enseignement supérieur et de la recherche sur le long terme.

Une démocratie étudiante à la dérive. Les derniers chiffres de participation aux élections étudiantes (7,5% aux Crous 2016), les débordements systématiques et le contrôle total du système (résultats prévisibles en amont des élections par un simple tableur contenant les forces en présence dans chaque établissement) font de la démocratie étudiante un système désuet, incompris et rejeté par les étudiants. PDE prend ses responsabilités, d’une part en se remettant en question au travers d’un nouveau projet pour le CNESER et demande d’autre part l’engagement d’une refonte totale du système, à la fois en donnant les moyens d’échange avec les étudiants aux élus et à la fois en supprimant les complexités inutiles (élections réparties sur toute l’année, système de grands électeurs).

D’autres sujets sont spécifiques à certaines filières d’études : les fédérations adhérentes à PDE (BNEI, FENEPSY, UNEAP, UNEDESEP, UNEG) proposent leurs solutions, à retrouver dans notre livre blanc.

Contacts presse
Quentin PANISSOD, Président – 06 64 69 67 73 – president@pde.fr
Pierre DURAND, Délégué à la condition étudiante – 06 13 16 06 74 – pierre.durand@pde.fr

Posted in Communiqués de presse, Publications.