Droit d’accès au master : des étudiants toujours sans réponse en décembre

A l’approche de la fin du premier semestre universitaire, PDE souhaite faire un point sur la gestion de la rentrée en master, notamment suite à la loi master votée fin 2016. A l’occasion du débat sur la réforme du master, PDE avait insisté sur la nécessité de créer les dispositifs d’accompagnement afin de faire en sorte que chaque étudiant titulaire d’une licence puisse bénéficier des places de master compatibles avec ses études. De nombreux retours d’étudiants témoignent de l’insuffisance des moyens alloués à la mise en oeuvre de cette réforme. PDE sollicite ainsi le nouveau gouvernement pour trouver des solutions aux recours sans réponse pour le second semestre et pour améliorer la gestion de la rentrée 2018.

PDE a collecté le détail de la situation de 61 étudiants (tous titulaires d’une licence) sans solution. Sur ces 61 étudiants aujourd’hui en difficulté :

  • 100% ont candidaté et été refusés dans au moins 2 masters ;
  • 95% ont fait valoir leur droit à la poursuite d’études auprès des rectorats par le dispositif mis en place par le gouvernement (22% suite à l’obtention de leur licence, 78% suite à un refus de candidature en master) ;
  • 57%, soit plus de la moitié de ces étudiants, n’ont obtenu aucune réponse de la part des rectorats suite à leur saisine pour faire valoir leur droit inscrit dans la loi en 2016 ;
  • 84% estiment ne pas avoir une situation financière stable pour l’année à venir ;
  • 90% sont prêts à mener une action en justice pour faire valoir leurs droits ;
  • 60% d’entre eux sont sans activité, tandis que les autres ont trouvé des alternatives : emploi, césure, stage, bénévolat, formations alternatives, service civique.

Ces données  ne sont issues que d’une faible part de la population étudiante se dirigeant vers un master. Une trentaine de cas similaires sont parfois observables par académie.

Face à cette situation de crise, PDE demande au gouvernement de rendre publics les chiffres d’accès au master suite à la réforme :

  • Nombre d’étudiants ayant fait appel à la saisine du rectorat sur saisine.trouvermonmaster.gouv.fr ;
  • Nombre d’accusés de réception émis ;
  • Nombre d’étudiants ayant reçu 3 propositions du rectorat conformes à la réforme master ;
  • Nombre d’étudiants ayant accepté une des propositions du rectorat.

PDE condamne le silence imposé à l’administration lors de l’absence de propositions visant à éviter les poursuites juridiques. PDE demande à ce que des solutions d’urgence soient mises en place pour les étudiants lésés par cette première mise en oeuvre de la réforme.  PDE souhaite aussi l’étude de la possibilité d’intégration de ces étudiants lors du second semestre pour éviter la perte d’un semestre supplémentaire.

De plus, PDE souhaite qu’un travail soit ouvert sur la gestion de la prochaine rentrée en master et aborde notamment les éléments suivants :

  • Gestion et moyens afférents au droit à la poursuite d’études ;
  • Harmonisation des calendriers de candidature aux masters ;
  • Plan de sortie de la liste limitative des masters sélectionnant entre M1 et M2 ;
  • Travail spécifique du cycle master des filières psychologie et droit, prévu par l’accord master de 2016.

Pour garantir leur prise en charge, PDE ouvre un canal aux étudiants sans solutions pour accompagner et appuyer leurs dossiers auprès du ministère : tout dossier peut être envoyé à l’adresse aide-master@pde.fr et sera étudié au regard des échanges à venir sur les solutions d’urgence mises en place.

Contacts presse
Quentin PANISSOD, Président – 06 66 39 70 92 – president@pde.fr

Posted in Communiqués de presse, Publications.