Insertion professionnelle

Une mission de l’université

L’insertion professionnelle est une mission de l’université depuis 1984, avec la création des établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnelle (EPSCP), dénomination officielle des universités et de certaines écoles, et l’intégration de modules préprofessionnels dans les maquettes de formations (licence, master,…)

L’université, tout en restant un lieux d’apprentissage et de transmission du savoir, d’ouverture d’esprit et de culture, doit permettre à l’étudiant de pouvoir s’insérer dans la vie professionnelle.

La visibilité et la lisibilité des formations universitaires nécessite une implication croissante des professionnels dans les cursus universitaires. Les licences professionnelles sont une expérience réussie dans ce domaine : implication du monde socio-professionnel dans la définition des maquettes de diplômes, dans l’enseignement, dans la mise en œuvre de projets tutorés, etc.

Développement des Projets Personnels Professionnalisants

  • Le cursus licence doit intégrer systématiquement les modules de projets personnels et professionnalisants (PPP)
  • Le PPP doit devenir un véritable outils d’un dispositif global d’aide à l’orientation
  • Associer dans le PPP : personnel enseignant, structure d’aide à l’orientation et milieu professionnel

Carte de formation

  • Développer l’annexe au diplôme (suppléant au diplôme) comme un outil d’information vers l’étudiant
  • Améliorer la lisibilité des cursus universitaires pour une meilleure valorisation des diplômes dans le milieu professionnel.

L’approche compétences

  • Les connaissances prévues dans les maquettes de formations doivent être transcrites en compétences, et ainsi donner à l’étudiant tous les outils pour une réelle intégration soit dans le monde socioprofessionnel soit dans une poursuite d’études
  • L’enregistrement des diplômes au Registre National des Certifications Professionnelles permettra de créer un lien entre les universitaires et les futurs employeurs
  • La mise en place de modules de compétences transversales (langue étrangère, informatique, …) complète les formations académiques

Favoriser la préparation à l’insertion professionnelle

A la demande de PDE, la création des Bureaux d’Aides à l’Insertion Professionnelle a été rendue obligatoire dans toutes les universités par la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (loi LRU).

Afin de définir un référentiel général pour la mise en place des BAIP, un groupe de travail, coprésidé par Thomas Chaudron, ancien président du CJD (Centre des Jeunes Dirigeants) et Jean-Michel Uhaldeborde, ancien président de l’université de Pau et des pays de l’Adour, a été mis en place.

PDE a émis de nombreuses propositions, reprises dans le rapport :

  • Les universités sont toutes différentes (mono-site ou pluri-sites, monodisciplinaire ou pluridisciplinaires). Le BAIP devrait donc s’adapter aux spécificités de chaque établissement.
  • Des modules de préparation à l’insertion professionnelle (élaboration d’un CV, d’une lettre de motivation, la conduite d’entretien) devraient être mis en place dans toutes les formations.
  • Des enquêtes sur le devenir des jeunes diplômés devraient être instaurées, pour permettre une réelle information sur les débouchés offertes par chaque filière. Les critères utilisés devront être harmonisés au niveau national.
  • Une base de données répertoriant l’ensemble des stages permettrait à chaque étudiant de faire un réel choix dans son lieu de stage.