IMG_20171020_182230

Pour PDE, l’accès libre à l’enseignement supérieur est la base d’une réforme qui va dans le sens des étudiants

Ce jeudi 18 octobre, M. Daniel FILÂTRE, recteur de l’académie de Versailles et rapporteur général de la concertation autour de la réforme visant à améliorer la réussite des étudiants en 1er cycle de l’enseignement supérieur, a remis son rapport à Mme la ministre Frédérique VIDAL. PDE, qui conteste encore le tirage au sort auprès du Conseil d’État, se félicite du respect des engagements du gouvernement dans la volonté d’en sortir.

PDE salue les travaux effectués : le rapport de restitution est fidèle aux échanges de la concertation. Il relate en effet à la fois les consensus et les divergences exprimées lors des groupes de travail. PDE note cependant la lourdeur du dispositif mis en place et propose qu’à l’avenir, des expérimentations d’innovation sur le dialogue social soient mises en place pour améliorer l’efficacité des échanges.

PDE souhaite souhaite dissocier du reste de la concertation le sujet de l’accès à l’enseignement supérieur pour lequel il défend l’accès libre pour les jeunes. Les jeunes doivent avoir le dernier mot sur leurs choix d’orientation. La proposition de prérequis dits prescriptifs qui, s’ils dénoncent une situation intolérable d’échec massif en premier cycle, constituent néanmoins un véritable recul pour la France autant que pour les étudiants. En effet, ils actent à la fois l’échec du système éducatif à donner les moyens aux bacheliers d’accéder aux études supérieures et l’échec de l’enseignement supérieur à fournir l’accompagnement aux profils les plus fragiles PDE rappelle sa proposition de remplacer le tirage au sort par des critères caractérisant les besoins pédagogiques des candidats, tout en respectant leurs choix de domaine d’études. La France forme parmi les meilleurs profils scolaires, mais aussi les profils les plus modestes. La meilleure réponse à apporter est de prendre en compte les besoins de ceux les plus en difficulté au travers d’un encadrement renforcé, et non pas d’un système à deux vitesses comme celui de la sélection par prérequis. Il existe donc bien des alternatives, à la fois au tirage au sort, et à la sélection à l’entrée de l’enseignement supérieur.

Au-delà de l’accès à l’enseignement supérieur, PDE se réjouit des propositions concrètes pour l’orientation des jeunes, la vie étudiante et la diversification des formations. En revanche, PDE prend acte d’efforts supplémentaires à fournir sur plusieurs aspects :

  • Le parcours avenir, trop légèrement présent dans les établissements scolaires, ne constitue pas une base suffisante pour construire un véritable accompagnement humain permettant l’orientation des lycéens ;
  • Les financements proposés dans le PLF2018 et la réforme restent trop faibles pour accompagner la hausse de la démographie étudiante ;
  • Les mesures proposées pour lutter contre la précarité étudiante (simplification, statut d’étudiant salarié, valorisation du cadre de l’emploi étudiant) n’apporteront pas de sortie de la précarité (notamment les 200000 étudiants travaillant plus d’un mi-temps à côté de leurs études), mais uniquement une légère amélioration des conditions de vie.

Contacts presse :
Quentin PANISSOD, Président – 06 64 69 67 73 – president@pde.fr

Posted in Communiqués de presse, Publications.